Trame Verte et Bleue

En 2017, la Région Nouvelle-Aquitaine a invité les communes à mettre en place des actions pour lutter contre la perte de biodiversité et de lien entre les espaces naturels et a souhaité une réflexion plus spécifiquement sur le déclin des insectes pollinisateurs.

 

Dans ce cadre, la région Nouvelle-Aquitaine a lancé en 2017 un appel à projets « Trame Verte et Bleue et Pollinisateurs en Nouvelle-Aquitaine », orientant les communes à réfléchir de façon intercommunale.

Saint Saturnin du Bois et Saint Pierre d’Amilly se sont alliés  à cette réflexion en déposant un dossier de candidature en juin 2017 proposant d’établir :

  • un diagnostic intercommunal sur les continuités écologiques et la diversité des insectes pollinisateurs sur les deux territoires communaux,
  • un plan d’actions à moyens termes et de mener les premières actions.

L’accord sur les ambitions des projets induisant le soutien financier de la Région Nouvelle Aquitaine permet d’organiser, début 2018, la consultation de prestataires avec un cahier des charges titré ‘Les champs de Déméter’. A l’issue de la consultation sont retenus :

  • l’ingénieur paysagiste Christophe MONTIL, pour un diagnostic paysager, des temps d’échanges avec le grand public et les agriculteurs, la rédaction d’un plan d’actions à moyens termes synthétisant les observations des prestataires faune et flore spécifique et incluant des avant-projets à mettre en œuvre sur des terrains communaux
  • la LPO, pour un diagnostic des insectes pollinisateurs présents sur la zone d’études et l’animation de sorties Nature pour les enfants et le grand public ;
  • l’association A fleur de Marée, pour un diagnostic spécifique sur le Fief de la Garde, zone d’intérêt écologique située sur les deux communes et l’animation de sorties Nature pour les enfants et le grand public  ;
  • l’association Api-Amilly, pour des animations pour les enfants et le grand public  ;
  • l’association Homme Nature, pour le suivi de communication et d’archivage et la coordination de l’information.

L’année 2018 a été consacrée aux diagnostics.

‘Le diagnostic paysager a mis en évidence que les communes de Saint-Saturnin du Bois et Saint-Pierre d’Amilly présentaient un paysage riche qui tranche avec le reste de la plaine d’Aunis grâce à la transition avec le Marais Poitevin. A cette richesse paysagère se mêle une richesse écologique au niveau du bocage humide de Saint-Saturnin du Bois, des collines boisées et des bosquets en pas japonais qui offrent des espaces de refuge. Il est important de préserver ces espaces précieux situés essentiellement sur l’axe de la bande boisée en bord de plateau. Dans ce contexte, l’agriculture, pour la plupart du temps intensive, ne favorise pas la faune et la flore sauvage qui se trouvent souvent retranchées sur les limites et les lisières des parcelles cultivées. L’aspect de fossés des cours d’eau souvent à écoulement temporaire s’insère souvent de manière appauvrie dans le paysage sans haie ni ripisylve. Ils peuvent donc faire partie des éléments à enjeux écologiques et paysagers. Les bourgs de Saint-Saturnin du bois et de Saint-Pierre d’Amilly peuvent apporter leur contribution à la biodiversité à travers l’aménagement ou une gestion adaptée des espaces communaux. Les espaces publics non traités des bourgs sont évidemment des refuges sous réserve de rendre le terrain favorable à l’accueil de la biodiversité, notamment en les connectant avec les corridors écologiques existants comme les zones humides ou les cours d’eau.’

Le diagnostic de la LPO indique une intéressante diversité avec 17 ordres, plus de 120 familles et plus 400 espèces d’insectes pollinisateurs recensés, avec entre autres 11 espèces patrimoniales dont 2 protégées de papillons de jour (rhopalocères), 2 espèces de coléoptères d’intérêt dont une inscrite en Annexe II de la Directive Habitats et une protégée ainsi qu’une espèce protégée d’ascalaphe. Même si l’étude conclut à ‘un patrimoine naturel remarquable’, les habitats naturels de ces espèces sont fragiles et il convient de veiller sur les ourlets herbacés thermophiles, les pelouses sèches calcicoles, les prairies, les friches et les lisières forestières. Il peut être noté que les espèces des zones humides sont peu présentes sur le territoire d’études.

L’inventaire de la flore du secteur du Fief de la Garde, constitué de pelouses calcicoles et de boisements témoigne lui aussi d’une grande diversité dénombrant 3 plantes protégées en Poitou Charentes, 16 espèces d’orchidées de lisières et sous-bois (dont 1 espèce déterminante en Charente Maritime) et de clairières et une importante liste de plantes remarquables de pelouses calcaires. L’étude conclut à la nécessité de sa sauvegarde. Il est à noter que le secteur a un parcellaire extrêmement morcelé et de grosses pressions de dépôts sauvages et de pratiques de sport mécanique.

La présentation des conclusions de ces diagnostics et des premiers axes de réflexion sur les actions à mener a fait l’objet d’une réunion publique (26 février 2019). Des réunions plus spécifiques avec les agriculteurs intéressés sur Saint Pierre d’Amilly et des habitants de Saint Saturnin du Bois ont été menées à la suite.

Le plan d’actions a été élaboré courant 2020 et 2021 au fil des échanges et des concertations.

Ce document est un guide pour les années à venir. Il  décline les projets-objectifs pour favoriser la conservation et le développement des pollinisateurs en cohérence des enjeux écologiques et paysagers dégagés :

  • ‘Préserver les sites écologiques remarquables,
  • Renforcer les corridors écologiques entre les bois remarquables en bords de plateau,
  • Reconquérir une biodiversité et une présence paysagère aux cours d’eau canalisés et renforcer les liens entre le plateau et les vallées,
  • Préserver le bocage humide de Saint Saturnin du bois en lien avec la vallée du Mignon,
  • Accepter la présence de la biodiversité dans les espaces urbains en cohérence avec les usages et les besoins de la population.
  • Mener des actions pédagogiques et de sensibilisation auprès des habitants.’

Ce document met en évidence la pertinence du confortement de corridors écologiques notamment sur les coteaux pour la trame verte mais invite aussi à reconquérir les trames vertes et bleues des vallées de la Courance et du Mignon en reconstituant, entre autres, des ripisylves.

Chaque commune a identifié plusieurs terrains communaux pouvant accueillir un aménagement paysager favorable à la biodiversité. Des avant-projets sont proposés dans le plan d’actions.

Enfin, quelques aménagements à mettre en œuvre dans nos jardins sont présentés.

Les actions de sensibilisation auprès des scolaires et du centre aéré et les sorties Nature se sont égrenées sur les années 2018, 2019 et 2021 avec l’association lorsque cela était possible d’un agriculteur. Des retours très positifs résultent de ces rencontres :

  • le corps enseignant témoigne une forte augmentation de la capacité d’observation chez les enfants ;
  • le grand public partage les contraintes et enjeux de l’agriculteur et du guide naturaliste, observe de façon plus avertie ;
  • les agriculteurs s’avèrent d’excellents relais lorsqu’une problématique environnementale est mise en évidence sur leurs terrains.

En outre, des plaquettes sur les pollinisateurs et la flore remarquables des deux communes ont pu être éditées et diffusées aux habitants.

 

Dès l’hiver 2019-2020, les premières actions de terrains voient le jour. Plusieurs haies ont été plantées avec le concours financier du département de la Charente Maritime (via le programme EVA avec l’accompagnement technique de la Chambre d’agriculture) et chaque hiver suivant, des plantations de haies ont eu lieu grâce à l’engagement de propriétaires, d’exploitants agricoles et de particuliers et à la mobilisation de bénévoles et des élèves et encadrants de l’Ecole primaire des deux communes dans le cadre de chantiers participatifs. L’engagement du site du GEVES sur Saint Pierre d’Amilly est également à souligner avec 1250m de haies plantées. Sur les trois ans, 4,2kms de haies sont d’ores et déjà en place dans le cadre de cette démarche.

La commune de Saint Pierre d’Amilly a pu réaliser deux des avant-projets projetés sur les espaces communaux et a expérimenté des ensemencements paysagers de pieds de murs avec les habitants volontaires.

Ces premières actions et l’intérêt grandissant des habitants et des agriculteurs pour mieux connaitre le patrimoine naturel de leur commune et leur participation à ces aménagements favorables à la biodiversité sont très prometteurs pour les années à venir.

ohzqvA5Q
« de 16 »

Remerciements aux prestataires qui nous ont fait partager leurs expertises, leurs aptitudes pédagogiques et leurs engagements.

Remerciements aux partenaires financiers : Région Nouvelle Aquitaine, Département de la Charente Maritime, Etat (Plan France relance), CIC

et aux partenaires du projet, « Api Amilly », « Homme Nature », LPO,  « A fleur de Marée », « Dans les Champs de Pierre et Saturnin, Geniplant/Arrdhor

Et aux agriculteurs et habitants qui ont cru et se sont investis dans ce projet

 

Avec le concours financier de la région Nouvelle Aquitaine

Print Friendly, PDF & Email
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial